Proverbes et citations
 
 

Musset (Alfred de) - citations

Musset, Alfred de (1810-1857), écrivain français dont l'œuvre peut être considérée comme la contribution la plus originale du romantisme à l'art dramatique. Né à Paris dans un milieu aisé et cultivé, il mena une adolescence dissipée de dandy. Il entreprit des études de droit et de médecine, qu'il ne termina pas et fréquenta, dès 1828, le Cénacle romantique chez Hugo ou chez Nodier, où il rencontra notamment Vigny, Mérimée et Sainte-Beuve. Il n'avait que dix-neuf ans lorsqu'il publia avec succès son premier recueil de vers intitulé Contes d'Espagne et d'Italie (1829). Malgré cette gloire précoce, il connut quelque infortune avec ses pièces de théâtre, telles la Quittance du diable, qui ne put être représentée, et la Nuit vénitienne (1830), qui fut un échec retentissant. La mort de son père en 1832 le décida à se consacrer entièrement à la littérature. Lors d'une rencontre organisée par la Revue des Deux Mondes, il fit la connaissance de la romancière George Sand, dont il s'éprit. Les comédies de mœurs romantiques (À quoi rêvent les jeunes filles, 1832; la Coupe et les Lèvres, 1832; les Caprices de Marianne, 1833; Fantasio, 1834; On ne badine pas avec l'amour, 1834), que Musset destinait à la lecture depuis ses déboires à la scène, virent le jour sous la forme de livrets. À la fin de l'année 1834, il enrichit son théâtre du drame historique Lorenzaccio, puis du Chandelier l'année suivante. Dramaturge incompris, il avait en revanche obtenu un immense succès, en 1833, avec son poème romantique Rolla. Le cycle des Nuits conforta sa réputation de grand poète. Cette œuvre allégorique, ancrée dans l'expérience sentimentale, parut de 1835 à 1841 (la Nuit de mai, la Nuit de décembre, la Nuit d'août, la Nuit d'octobre). Refusant la mission sociale de l'écrivain prônée par le nouvel esprit romantique, il privilégia l'émotion. Musset poursuivit sa carrière d'auteur dramatique avec de nouvelles pièces, telles que Il ne faut jurer de rien (1836), Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée (1845), On ne saurait penser à tort (1849). En 1838, il avait été nommé conservateur de la bibliothèque du ministre de l'Intérieur, ce qui lui permit de mener une vie décente. Mais la perte de son emploi, en 1848, le conduisit à écrire des œuvres de commande. En 1852, il fut élu à l'Académie française, alors que son théâtre commençait seulement à être représenté et qu'il n'écrivait pratiquement plus. L'image du poète sentimental a longtemps éclipsé le génie de l'auteur dramatique. Le drame en prose Lorenzaccio (qui ne fut représenté qu'en 1896) n'en demeure pas moins un des chefs-d'œuvre du théâtre romantique, tant par la complexité de sa mise en scène que par le caractère exceptionnel du personnage principal.

A défaut du pardon, laisse venir l'oubli.

Ah! frappe-toi le coeur, c'est là qu'est le génie.

Aimer est le grand point, qu'importe la maîtresse? Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse.

Aimer, c'est se donner corps et âme.

Après avoir souffert, il faut souffrir encore;
Il faut aimer sans cesse après avoir aimé.

Blessures du coeur, votre trace est amère!
Promptes à vous ouvrir, lentes à vous fermer.

De quelque fol amour qu'on ait rempli son coeur
Le désir est parfois moins grand que le bonheur.

Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire
Voltige-t-il encor sur tes os décharnés?

Entre presque oui et oui, il y a tout un monde.

Et ne vois-tu pas que changer sans cesse
Nous rend doux et chers les plaisirs passés?

Il faut être ignorant comme un maître d'école
Pour se flatter de dire une seule parole
Que personne ici-bas n'ait pu dire avant vous.

Il y a des femmes que leur bon naturel et la sincérité de leur coeur empêchent d'avoir deux amants à la fois.

J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre-Français,
Ou presque seul; l'auteur n'avait pas grand succès.
Ce n'était que Molière...

Je ne crois pas, ô Christ, à ta parole sainte:
Je suis venu trop tard dans un siècle trop vieux.
D'un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte.

L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.

La plus belle fille ne donne que ce qu'elle a et l'ami le plus dévoué se tait sur ce qu'il ignore.

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité.

La vie, comme l'eau de mer, ne s'adoucit qu'en s'élevant vers le ciel.

Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix.

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.

L'enfant marche joyeux, sans songer au chemin;
Il le croit infini, n'en voyant pas la fin.

L'homme sans patience, c'est comme une lampe sans huile.

Nu comme un plat d'argent, - nu comme un mur d'église,
Nu comme le discours d'un académicien.

On prend toujours le mal pour éviter le pire.

Pour réussir, retenez bien ces trois maximes: voir c'est savoir, vouloir c'est pouvoir, oser c'est avoir.

Qu'est-ce donc qu'oublier si ce n'est pas mourir?

Que les hommes entre eux soient égaux sur la terre,
Je n'ai jamais compris que cela pût se faire.

Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.

Si je pouvais seulement sortir de ma peau pendant une heure ou deux! Si je pouvais être ce monsieur qui passe!

Tous les hommes ne sont pas capables de grandes choses, mais tous sont sensibles aux grandes choses.

Tout ce qui était n'est plus; tout ce qui sera n'est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux.

Une femme, c'est une partie de plaisir! Ne pourrait-on pas dire, quand on en rencontre une: voilà une belle nuit qui passe?

Vous êtes comme les roses du Bengale, Marianne, sans épines et sans parfum.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante