Proverbes et citations

France (Anatole François Thibault) - citations

France, Anatole (1844-1924), écrivain français. De son vrai nom François Anatole Thibault, Anatole France naquit le 16 avril 1844, à Paris. Ce fils de libraire fut, après ses études au collège Stanislas, essentiellement autodidacte. Lecteur insatiable depuis sa plus tendre enfance, il se montra un littérateur précoce puisqu'il écrivit ses premiers textes dans son adolescence; il pénétra d'ailleurs très jeune dans les milieux érudits et bibliophiles de Paris, tout en se mêlant aux poètes de l'école parnassienne. Les premiers de ses ouvrages à être publiés furent une étude sur Vigny, en 1868, puis ses Poèmes dorés (1873), dédiés à Leconte de Lisle, et un drame en vers à la manière antique intitulé les Noces corinthiennes (1876). La reconnaissance du grand public ne vint pourtant que lorsqu'il se consacra à la prose narrative: après deux nouvelles, Jocaste et le Chat maigre, publiées conjointement en 1879, il lui fallut encore attendre la publication de son premier roman, le Crime de Sylvestre Bonnard (1881), pour connaître un vrai succès. En 1883, il se lia avec Mme Arman de Caillavet qui lui inspira une réelle ardeur créatrice et qui, grâce à ses relations, assura la promotion de ses ouvrages. Parmi les écrits de cette période, retenons les essais critiques rassemblés sous le titre la Vie littéraire (1888-1892), ainsi que les romans d'inspiration historique Balthasar (1889) et Thaïs (1890). Vinrent ensuite le Lys rouge (1894), qui lui fut inspiré directement par Mme Arman de Caillavet et le Jardin d'Épicure (1894). Anatole France écrivit également deux recueils de contes, l'Étui de nacre (1892) et le Puits de Sainte-Claire (1895). Il publia ensuite une importante série d'ouvrages intitulée l'Histoire contemporaine (1897-1901), qui regroupe, sous la forme d'une conversation entre différents personnages de province, diverses analyses des faits contemporains et qui contient surtout un compte rendu sévère des effets néfastes de l'affaire Dreyfus sur la vie française. Cette somme réunit les ouvrages intitulés l'Orme du mail, publié en 1897, le Mannequin d'osier, édité également en 1897, l'Anneau d'améthyste, qui date de 1899, et enfin M.Bergeret à Paris (1901). Anatole France lui même, lors de l'affaire, avait pris parti, comme Zola (auteur du fameux "J'accuse…" en 1898) et comme Marcel Proust, pour la réhabilitation du capitaine Dreyfus, désigné par l'antisémitisme de la société française comme le bouc émissaire idéal, et qui fut injustement déclaré coupable de trahison. Parmi les ouvrages qui soulignent véritablement ses préoccupations sociales et son éloquence classique, il faut citer des romans tels que l'Île des pingouins (1908), la Révolte des anges (1914) et Les dieux ont soif (1912) qui est un compte rendu sur la période de la Terreur durant la Révolution française, mais aussi ses essais tels que Opinions sociales (1902), l'Église et la République, sur la pierre blanche (1905), ou encore Vers les temps meilleurs (1909). Parmi les romans tardifs d'Anatole France, citons encore Au petit bonheur (1898), Pierre Nozière (1899), les Contes de Jacques Tournebroche (1908) et le Génie latin (1913). Personnage important du monde des lettres, Anatole France fut élu à l'Académie française en 1896 et reçut le prix Nobel de littérature en 1921. Il s'éteignit près de Tours le 12 octobre 1924.

A mesure qu'on avance dans la vie, on s'aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser.

C'est pour la plupart des hommes un exemple décourageant que la sérénité d'un cochon.

Ce que les hommes appellent civilisation, c'est l'état actuel des moeurs et ce qu'ils appellent barbarie, ce sont les états antérieurs.

Ce qui fait qu'on désire et qu'on aime, c'est une force douce et terrible, plus puissante que la beauté.

De toutes les aberrations sexuelles, la pire est la chasteté.

Il est beau qu'un soldat désobéisse à des ordres criminels.

Il faut plaindre les riches: leurs biens les environnent et ne les pénètrent pas.

J'ai rarement ouvert une porte par mégarde sans découvrir un spectacle qui me fit prendre l'humanité en pitié, en dégoût ou en horreur.

J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence.

J'aime la vérité. Je crois que l'humanité en a besoin; mais elle a bien plus grand besoin encore du mensonge...

L'avenir est un lieu commode pour y mettre des songes.

La guerre civile est moins détestable que la guerre avec l'étranger. On sait du moins pourquoi l'on s'y bat.

La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre.

La science ne se soucie ni de plaire, ni de déplaire, elle est inhumaine.

Le Saint-Esprit n'inspire pas les gens intelligents.

Le christianisme a beaucoup fait pour l'amour en en faisant un péché.

Le poète a inventé la nymphe mais la nature avait déjà créé l'océan, le nuage et la femme.

Le travail est bon à l'homme, il empêche de regarder cet autre qui est lui et qui lui rend la solitude horrible.

Les femmes et les médecins savent seuls combien le mensonge est nécessaire et bienfaisant aux hommes.

Les femmes inspirent l'amour, bien qu'il soit déraisonnable de les aimer.

Les hommes le plus souvent se querellent pour des mots. C'est pour des mots qu'ils tuent et se font tuer.

Les joueurs veulent des émotions fortes. L'incertitude est nécessaire à leur volupté. Ils n'auraient plus de plaisir s'ils jouaient à coup sûr.

Les pauvres ont un penchant à donner à de plus pauvres qu'eux... Quand on vit au jour le jour, ce n'est pas changer son état que de se démunir... Donner quand on possède, voilà qui est difficile.

L'ignorance est la condition nécessaire du bonheur des hommes et il faut reconnaître que le plus souvent, ils la remplissent bien.

Mourir, c'est accomplir un acte d'une portée incalculable.

Ne souhaitons pas que tout le monde pense comme nous. L'uniformité des sentiments serait odieuse.

Nous disons qu'un homme est fou quand il ne pense pas comme nous.

Nous mettons l'infini dans l'amour. Ce n'est pas la faute des femmes.

On croit mourir pour la patrie; on meurt pour des industriels.

On n'aime vraiment que lorsqu'on aime sans raison.

Qu'ils sont beaux les mots auréolés par le souvenir de leur long usage!

Quand l'homme qui témoigne est armé d'un sabre, c'est le sabre qu'il faut entendre et non l'homme.

Sage veut dire savant. On dit qu'une fille est sage quand elle ne sait rien.

Si la science un jour règne seule, les hommes crédules n'auront plus que des crédulités scientifiques.

Si nous savions tout, nous n'oserions plus rien faire.

Toute créature humaine est un être différent, en chacun de ceux qui la regardent.

Une femme est franche quand elle ne fait pas de mensonges inutiles.

Vous ne sauriez croire avec quelle facilité l'impossible se fait dès qu'il est nécessaire.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante