Proverbes et citations
 
 

Régnier (Henri de) - citations

Régnier, Henri de (1864-1936), poète et romancier influencé par l'esthétique symboliste, dont l'œuvre exprime la nostalgie d'un passé aristocratique. Né à Honfleur, il étudia au collège Stanislas à Paris, puis à la faculté de droit. Il publia en 1885 son premier recueil, les Lendemains. Habitué des mardis de Mallarmé, il se lia avec les poètes Francis Vielé-Griffin et Jean Moréas. En 1895, il épousa la fille aînée de José Maria de Heredia. Il publia d'abord un recueil en vers libres, les jeux rustiques et divins (1887), puis des Poèmes anciens et romanesques (1887-1890). Avec les Médailles d'argile (1900), il retrouva la prosodie classique. Cette évolution était déjà sensible en 1895 (Aréthuse). Ce nouveau classicisme, qui ne renonce pourtant pas au vers libre, se retrouve dans la Cité des eaux, la Sandale ailée, le Miroir des heures, Flamma tenax. Les romans d'Henri de Régnier sont des romans de psychologie amoureuse et des romans d'esthète, au style élégant (la Double maîtresse, 1900; le Bon Plaisir, 1902; les Rencontres de M. de Bréot, 1904; la Pécheresse, 1920). Il fut élu à l'Académie française en 1911.

Juger est quelquefois un plaisir, comprendre en est toujours un.

L'argent donne tout ce qui semble aux autres le bonheur.

L'homme n'est pas digne de Dieu.

La fidélité en amour n'est que la paresse du désir.

La perfidie est la forme de méchanceté des délicats.

La solitude n'est possible que très jeune, quand on a devant soi tous ses rêves, ou très vieux, avec derrière soi tous ses souvenirs.

Le renom d'habileté vient souvent de maladresses dont on a su tirer parti.

Les feux de l'amour laissent parfois une cendre d'amitié.

On s'entend toujours, il suffit de ne pas être du même avis.

Si vous battez une femme avec une fleur, prenez plutôt une rose. Sa tige a des épines.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante