Proverbes et citations

Montherlant (Henry Millon de) - citations

Montherlant, Henry de (1896-1972), romancier et auteur dramatique français, auteur notamment de la Reine morte et de Port-Royal. Né le 21 avril 1896 dans une famille aristocratique, où l'excentricité était admise, Henry Marie Joseph Millon de Montherlant fut élevé au collège Sainte-Croix de Neuilly où il reçut une éducation catholique et où sa vocation littéraire s'éveilla. Son œuvre est marquée par l'orgueilleuse et permanente recherche d'une réalisation de soi, dans le plaisir comme dans la violence de la guerre ou du sport. Au cours d'un voyage en Espagne, il fut fasciné par la tauromachie, qui devint pour lui l'incarnation de l'idéal d'élégance, de brutalité et de maîtrise de soi qu'il décrivit dans les Bestiaires (1926). Le même naturalisme cruel et paradoxalement raffiné imprègne les récits qu'il fit de ses voyages, tels que Aux fontaines du désir (1927) ou la Petite Infante de Castille (1929), ainsi que ses romans, comme les Célibataires (1934) et surtout les quatre textes qui forment le cycle des «Jeunes Filles»: les Jeunes filles, Pitié pour les femmes, le Démon du bien et les Lépreuses. Toute une partie de l'œuvre de Montherlant a été consacrée au théâtre: on lui doit des drames historiques, parmi lesquels on citera la Reine morte (1942), Malatesta (1946), le Maître de Santiago (1947), la Ville dont le prince est un enfant (1951), Port-Royal (1954) et le Cardinal d'Espagne (1960). Il mit volontairement fin à ses jours le 21 septembre 1972.

C'est le jour des révolutions que les choses rentrent dans l'ordre.

Ce grand ressort méconnu de tant de conduites humaines, le désoeuvrement.

Ce qu'il y a de difficile dans la charité, c'est qu'il faut continuer.

Ce qui est effrayant dans la mort de l'être cher, ce n'est pas sa mort, c'est comme on en est consolé.

Certaines âmes vont à l'absolu comme l'eau va à la mer.

Chaque fois qu'on me loue, je respire mon tombeau.

Chez l'homme, c'est le papillon qui devient un ver.

Dieu ne nous remplit qu'autant que nous sommes vides.

Il faut des haines à la société en vue des bouleversements dont elle progresse, comme la terre a besoin d'être labourée pour être fertile.

Il faut toujours tout remettre au lendemain.

Il n'y a pas le pouvoir, il y a l'abus de pouvoir, rien d'autre.

Il n'y a qu'une préparation à la mort: elle est d'être rassasié.

Il y a deux moments de sa vie où tout homme est respectable: son enfance et son agonie.

Il y a une pente de catholiques à croire et à vouloir faire croire que les incroyants sont malheureux.

Je n'ai jamais vu d'enthousiasme que pour des causes bêtes.

La confiance est une des possibilités divines de l'homme.

La liberté existe toujours. Il suffit d'en payer le prix.

La pire colère d'un père contre son fils est plus tendre que le plus tendre amour d'un fils pour son père.

La politique est l'art de se servir des gens.

La religion est la maladie honteuse de l'humanité. La politique en est le cancer.

Les grandes idées ne sont pas charitables.

Les jeunes gens n'ont pas besoin de maîtres à penser, mais de maîtres à se conduire.

Les remords meurent, comme le reste. Et il y en a dont le souvenir embaume.

Les vieillards meurent parce qu'ils ne sont plus aimés.

Les âmes communes n'apprennent le sentiment de la justice que lorsqu'elles ont eu des déboires.

Mourir pour une cause ne fait pas que cette cause soit juste.

Nous mourons, quand il n'y a plus personne pour qui nous voulions vivre.

Nous vivons en un temps où, Dieu merci, une condamnation à mort ne déshonore plus.

On blesse l'amour-propre, on ne le tue pas.

On ne doit pas accorder sa confiance à quelqu'un qui ne sourit jamais.

Quand on vieillit, les colères deviennent des tristesses.

Quelques-uns prennent pour de l'amitié ce qui est de la charité.

Qui veut trop trouver ne trouve rien.

Tant de choses ne valent pas d'être dites. Et tant de gens ne valent pas que les autres choses leur soient dites. Cela fait beaucoup de silence.

Un remords vaut mieux qu'une hésitation qui se prolonge.

Vivent mes ennemis! Eux du moins ne peuvent pas me trahir.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante