Proverbes et citations

Wilde (Oscar Fingal O'Flahertie Wills) - citations

Wilde, Oscar (1854-1900), écrivain et dramaturge britannique, qui fut un théoricien de l'art pour l'art. Fils d'un chirurgien irlandais, il naquit à Dublin, fit des études classiques au Trinity College, puis à l'université d'Oxford, où il rencontra notamment Walter Pater et John Ruskin. Esprit subtil et excentrique, dandy d'une rare élégance, il devint rapidement le favori de la haute société londonienne, qui accueillit avec enthousiasme ses premiers Poèmes (1881). Théoricien de l'esthétisme, il fut invité à faire une série de conférences sur le continent américain (1881), puis s'installa à Paris, où il écrivit deux pièces de théâtre (la Duchesse de Padoue, 1883; Véra ou les Nihilistes, 1883) et où il se lia avec Paul Bourget et Edmond de Goncourt. De retour à Londres (1884), il épousa Constance Lloyd, dont il eut deux enfants, nés respectivement en 1885 et en 1886. Rédacteur en chef du magazine The Woman's World de 1887 à 1889, il employa son goût du paradoxe et ses talents de pamphlétaire à défendre la cause féministe. Par ailleurs, il publia des contes (le Prince heureux et autres contes, 1888), puis des nouvelles (le Crime de lord Arthur Saville et autres histoires, 1891), un essai (Intentions, 1891) et surtout un roman fantastique (le Portrait de Dorian Gray, 1891), qui met en scène deux personnages dont la vie est débarrassée de toute sentimentalité et dominée par les seules considérations esthétiques. Cette œuvre, hédoniste et nettement influencée par Walter Pater, souleva de nombreuses polémiques qui ne firent que renforcer le succès de Wilde. Au cours d'un nouveau séjour à Paris en 1891, il fit la connaissance de Mallarmé, de Gide et de Pierre Louÿs, qui devinrent de proches amis. Peu de temps après, il composa Salomé (1891), drame écrit en français à l'intention de Sarah Bernhardt (qui le créa en 1893 à Paris), puis trois comédies consacrées à la peintures des mœurs de l'aristocratie britannique, qui reçurent un accueil enthousiaste (l'Éventail de lady Windermere, 1892; Une femme sans importance, 1893; De l'importance d'être constant, 1895). Alors qu'il était au sommet de sa gloire littéraire, la dénonciation publique de son homosexualité par le marquis de Queensberry lui valut une condamnation à deux ans de travaux forcés (1895) et ruina sa réputation. Wilde ne s'en remit jamais. Après être sorti de prison (où il avait rédigé un poème, la Ballade de la geôle de Reading, 1898, et d'étranges confessions, De profundis, posth., 1905), il revint s'installer à Paris où il vécut quelques années dans la solitude, sous le pseudonyme de Sébastien Melmoth, et où il succomba d'une méningite à 46 ans.

Après un bon dîner, on peut pardonner à n'importe qui, même à sa famille.

Celui qui cherche une femme belle, bonne et intelligente, n'en cherche pas une mais trois.

Ceux qui essaient de mener le peuple ne peuvent le faire qu'en suivant la foule.

Ceux qui sont fidèles ne connaissent de l'amour que sa trivialité.

Citer les mots de quelqu'un, c'est mettre sous verre une collection de beaux papillons qui ont perdu leur lumière et leur éclat.

Derrière chacune des choses exquises qui existaient se cachait quelque chose de tragique.

Il est absolument monstrueux de voir comme, derrière votre dos, les gens disent de vous des choses qui sont entièrement et absolument vraies.

Il est absurde d'avoir une règle rigoureuse sur ce qu'on doit lire ou pas. Plus de la moitié de la culture intellectuelle moderne dépend de ce qu'on ne devrait pas lire.

Il est toujours stupide de donner des conseils, mais en donner de bons est absolument fatal.

Il n'est qu'une seule chose horrible au monde, qu'un seul péché irrémissible: l'ennui.

Il y a deux tragédies dans la vie: l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire.

J'aime mieux avoir des remords que des regrets.

Je crois parfois que Dieu, en créant l'homme, a quelque peu surestimé ses capacités.

Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis.

Je ne puis m'empêcher de détester ma famille. Cela vient, je crois, de ce que l'on ne peut supporter chez les autres ses propres défauts.

Je ne remets jamais au lendemain ce que je puis faire le surlendemain.

Je peux résister à tout, sauf à la tentation.

Je préfère les gens aux principes et, plus que tout au monde, je préfère les gens sans principes.

Je vis tellement au-dessus de mes revenus qu'en vérité nous menons, eux et moi, une existence entièrement séparée.

L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.

L'indifférence est la revanche que prend le monde sur les médiocres.

L'égoïsme n'est pas vivre comme on le désire, mais demander aux autres de vivre comme on veut qu'ils vivent.

La différence entre littérature et journalisme, c'est que le journalisme est illisible et que la littérature n'est pas lue.

La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.

La mode est ce que l'on porte. Ce qui est démodé, c'est ce que portent les autres.

La moralité est l'attitude que nous adoptons à l'égard des gens que nous détestons.

La vie est une chose bien trop importante pour qu'on en parle sérieusement.

Le bottin mondain est en Angleterre le plus extraordinaire ouvrage de fiction.

Le plaisir est la seule chose qui vaille la peine de vivre. Rien ne vieillit comme le bonheur.

Le travail acharné n'est que le refuge des gens qui n'ont rien d'autre à faire.

Les célibataires riches devraient payer de lourds impôts. Il n'est pas juste que certains hommes soient plus heureux que d'autres.

Les enfants commencent par aimer leurs parents. Ensuite, ils les jugent. Quelquefois, ils leur pardonnent.

Les femmes nous aiment pour nos défauts. Si nous en avons suffisamment, elles nous pardonnent tout, même l'intelligence.

Les femmes nous donnent l'or de leur vie, mais elles nous le reprennent en menue monnaie.

Les femmes ont beaucoup plus de chance que les hommes sur cette terre, beaucoup plus de choses leur sont interdites.

Les femmes sont faites pour être aimées, non pour être comprises.

Les hommes sont si lâches: ils violent toutes les lois du monde et ont peur du qu'en-dira-t-on.

Les jeunes gens s'imaginent que l'argent c'est tout. Et quand ils deviennent vieux, ils en sont sûr.

Les jeunes gens veulent être fidèles et ne le sont pas; les vieillards veulent être infidèles et ne le peuvent pas.

Les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante.

Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.

On devrait toujours être amoureux. C'est la raison pour laquelle on ne devrait jamais se marier.

On peut toujours reconnaître les femmes qui ont une entière confiance dans leurs maris: elles ont l'air si parfaitement malheureuses.

Quand les dieux veulent nous punir, ils exaucent nos prières.

Si Adam avait été homosexuel, personne ne serait là pour le dire.

Un peu de sincérité est dangereux, beaucoup de sincérité est fatal.

Une chose n'est pas nécessairement vraie parce qu'un homme meurt pour elle.

Une femme commence par résister aux avances d'un homme. Ensuite, elle l'empêche de s'enfuir.

Une idée qui n'est pas dangereuse ne mérite pas d'être appelée une idée.

Vivre est ce qu'il y a de plus beau au monde, la plupart des gens existent, c'est tout.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante