Proverbes et citations

Sainte-Beuve (Charles Augustin) - citations

Sainte-Beuve, Charles Augustin (1804-1869), écrivain français, auteur de nombreuses études qui révolutionnèrent les méthodes de la critique littéraire. Né à Boulogne-sur-Mer, il suivit à Paris des cours de rhétorique et de philosophie, puis entreprit des études de médecine qu'il ne termina pas. En 1827, il se lia avec Victor Hugo après avoir fait paraître des articles consacrés au romantisme dans le journal le Globe. L'année suivante, il regroupa une nouvelle série d'articles dans son Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au XVIe siècle, (qui lui permit notamment de remettre Ronsard au goût du jour), bientôt suivi d'un ouvrage mêlé de prose et de vers (Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme, 1829) et d'un recueil de poésie (les Consolations, 1830) qui ne connut aucun succès. Devenu collaborateur régulier à la Revue des Deux Mondes, et déçu par l'échec de son roman autobiographique Volupté (1834), il se consacra exclusivement à la critique littéraire et commença la publication d'une vaste étude sur les écrivains jansénistes (Port-Royal, 1840-1859), tout en continuant à écrire des articles, réunis dans la série des Critiques et portraits (1836 et 1846), dans les Causeries du lundi (1851 à 1862) puis dans les Nouveaux Lundis (1863 à 1870). Professeur à Lausanne (1837-1838), à Liège (1848-1849), au Collège de France (1855) et enfin à l'École normale supérieure (1857-1861), il avait été élu à l'Académie française en 1844. Si Sainte-Beuve s'est parfois trompé sur les qualités littéraires de ses contemporains, sa méthode d'investigation, fondée sur la biographie et sur l'étude des documents historiques, sans pour autant négliger l'intuition, contribua fortement à renouveler la notion de critique littéraire. Proche par sa rigueur des thèses positivistes, cette méthode fut un temps défendue par Hippolyte Taine, puis vivement contestée par Marcel Proust, qui fut le premier à rejeter toute possibilité d'explication d'une œuvre par la vie de son auteur (Contre Sainte-Beuve, 1954).

C'est ne pas mépriser assez certaines gens que de dire tout haut qu'on les méprise. Le silence seul est le souverain mépris.

Ceux qui ont le don de la parole et qui sont orateurs ont en main un grand instrument de charlatanisme: heureux s'ils n'en abusent pas.

Combien de gens meurent avant d'avoir fait le tour d'eux-mêmes!

Connaître à fond, et tel qu'il est, un être humain et l'aimer, c'est impossible.

Dans un monde faux, les femmes franches sont ce qu'il y a de plus trompeur.

Dis-moi qui t'admire et je te dirai qui tu es.

Elle ne concevait pas qu'aimer fût l'ennemi d'aimer.

En général, nos jugements nous jugent nous-mêmes bien plus qu'ils ne jugent les choses.

Il en est de la pointe de l'esprit comme d'un crayon, il faut recommencer à le tailler sans cesse.

Il est un point élevé où l'art, la nature et la morale ne font qu'un et se confondent.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante