Proverbes et citations

Bernard (Claude) - citations

Bernard, Claude (1813-1878), physiologiste français, considéré comme le fondateur de la médecine expérimentale. Né à Saint-Julien (Rhône), Bernard reçut une éducation humaniste; il ne suivit au départ aucun cours, explorant les sciences physiques et naturelles. Après avoir quitté l'école à dix-huit ans, il écrivit deux pièces de théâtre, mais le critique Saint-Marc Girardin, à la lecture de la seconde pièce, lui suggéra de s'orienter vers une autre carrière. En 1834, Bernard s'inscrivit à l'École de médecine de Paris. Quelques années plus tard, il obtint un poste au laboratoire du Collège de France, où il travailla sous la direction du physiologiste François Magendie. Bernard obtint son diplôme de médecine en 1843 et fit une série d'importantes découvertes en physiologie. En 1846, Bernard découvrit le rôle du pancréas dans la digestion. Il démontra que le pancréas sécrète une substance permettant la digestion des graisses. Plus tard, il découvrit le rôle du foie dans la transformation, le stockage et l'utilisation du sucre dans l'organisme. Il examina aussi les fonctions du système nerveux autonome, il découvrit en particulier, la fonction des nerfs vasomoteurs responsables de la régulation sanguine par la contraction et la dilatation des vaisseaux sanguins. Outre ses travaux en physiologie expérimentale, Bernard publia dans d'autres domaines des sciences naturelles et expérimentales. Son insistance pour qu'une expérience soit conçue en vue de confirmer ou d'infirmer une hypothèse de départ fait partie intégrante de la méthodologie scientifique actuelle. En essayant de comprendre comment un organisme maintient un état d'équilibre, il fut le premier à proposer le concept qui, plus tard, sera connu sous le nom d'homéostasie. En 1854, il accepta la chaire de physiologie expérimentale créée pour lui à la Sorbonne. Lorsque Magendie mourut en 1855, Bernard reprit son poste au Collège de France et y resta jusqu'en 1868. En 1855, il fut élu membre de l'Académie des sciences. À sa mort en 1878, Bernard eut des funérailles nationales. Ce fut le premier scientifique français à recevoir un tel honneur.

Il ne suffit pas de dire: Je me suis trompé; il faut dire comment on s'est trompé

L'esprit de l'observateur doit être passif, c'est à dire se taire.

L'observation est l'investigation d'un phénomène naturel, et l'expérience est l'investigation d'un phénomène modifié par l'investigateur.

S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place.

Un fait n'est rien par lui-même, il ne vaut que par l'idée qui s'y rattache ou par la preuve qu'il fournit.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante