Proverbes et citations

Nouveau (Germain) - citations

Nouveau, Germain (1851-1920), poète français, dont l'œuvre, profondément mystique, fut admirée par les surréalistes. Après avoir envisagé le sacerdoce à la fin de ses études au petit séminaire d'Aix-en-Provence, il suivit son attirance pour les lettres et les arts. La mort prématurée de ses parents le décida à quitter Marseille pour Paris, où il fréquenta la bohème, les cercles du Parnasse, Mallarmé et Rimbaud — avec lequel il séjourna à Londres — puis Verlaine. Publiés sous le pseudonyme de Néouvielle, ses premiers poèmes lui assurèrent une certaine notoriété, mais, pressé malgré tout par le manque d'argent, il entra au ministère de l'Instruction publique. Menant alors une vie rangée, collaborateur au Gaulois et au Figaro, il fit paraître Doctrine de l'amour (1881), d'inspiration mystique, sous le pseudonyme d'Humilis. Après un séjour à Beyrouth, d'où il rapporta les Sonnets du Liban, il composa en 1883 Valentines, recueil de poèmes plus sensuels, probablement inspirés par une jeune femme rencontrée à Paris. Nommé professeur de dessin au lycée Janson-de-Sailly en 1886, il dut quitter son poste cinq ans plus tard à la suite d'une grave crise nerveuse causée sans doute autant par l'alcool que par le trouble mystique, et qui lui valut d'être interné plusieurs mois à Bicêtre. Suivront alors trente années où, ayant définitivement opté pour le renoncement chrétien, il mena dans l'obscurité une existence ascétique. Clochard à Paris, vagabond et pèlerin en Espagne, en Italie et en Belgique, mendiant à Aix-en-Provence, il ne cessa pourtant de griffonner dessins et poèmes en les signant du nom de Laguerrière. Dans un vers simple et mélodieux, sans révolte et tout d'allégresse généreuse (Amour de l'amour, Savoir aimer), Nouveau chante les cathédrales, les moissons, les vertus, les choses humbles et concrètes. Parce qu'il n'eut aucune ambition littéraire, et fut souvent rétif à la publication de ses poèmes, son œuvre parut essentiellement à titre posthume, en particulier grâce aux surréalistes. La première édition complète, en deux volumes, date de 1953.

Frère, n'est-ce pas là la femme que tu veux:
Complètement pudique, absolument obscène,
Des racines des pieds aux pointes des cheveux?

L'habitude de fumer n'est peut-être que l'habitude de téter qui reparaît après des années.

Le jour est moins charmant que les yeux de la nuit.

Les mains sont l'homme, ainsi que les ailes l'oiseau.

Ne pas oublier que les villes sont dans la campagne!

On est bien forcé de croire au doigt de Dieu, quand on voit comme il se l'est mis dans l'oeil.

On naît ce qu'on peut.

Quelquefois le génie est le mot d'un enfant.

Toutes les femmes sont des saintes,
Surtout celles qui sont enceintes...

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante