Proverbes et citations
 
 

Supervielle (Jules) - citations

Supervielle, Jules (1884-1960), poète, romancier et dramaturge français, auteur d'une poésie très personnelle, hantée par l'angoisse de l'absence et le sens du mystère. Né à Montevideo, en Uruguay, issu d'une famille de grande bourgeoisie, orphelin huit mois après sa naissance, il fut élevé par son oncle et sa tante, et partagea sa vie entre la France et l'Amérique du Sud. Il se maria en 1904, et fut père de six enfants. Tandis que ses premiers poèmes sont d'une facture assez traditionnelle (Brumes du passé, 1900; Comme des voiliers, 1910), la fréquentation de Jules Laforgue le poussa à cultiver l'humour (Poèmes de l'humour triste, 1919). Il se libéra de toute influence à partir de Débarcadères (1922), le premier de ses recueils en vers libres, où se retrouve toutefois le goût pour les voyages qu'il partageait avec Valéry Larbaud. Après un roman fantastique (l'Homme de la pampa, 1923), Supervielle explora, dans sa poésie, le fond le plus obscur de sa personnalité (Gravitations; le Voleur d'enfants; le Forçat innocent; les Amis inconnus; la Fable du monde). Il publia aussi des récits (l'Enfant de la haute mer; Boire à la source), écrivit pour le théâtre (la Belle au bois). La maladie le retint en Uruguay pendant la guerre, qui lui inspira des poèmes âpres et mystiques. Sa poésie devint ensuite plus facile d'accès et s'inspira de contes mythologiques (Robinson; Shéhérazade). Il obtint le prix des Critiques en 1949, pour Oublieuse mémoire, et celui de l'Académie française, pour l'ensemble de son œuvre, en 1955. Après quelques recueils moins inventifs, il trouva des accents nouveaux dans le Corps tragique (1959), sorte de méditation sur la mort.

Faire en sorte que l'ineffable nous devienne familier tout en gardant ses racines fabuleuses.

Il faut aussi de la féerie dans le mariage.

Il faut pourtant accepter ce que le Bon Dieu ne vous envoie pas.

Je suis un parfait honnête homme. Je me dégoûte complètement.

L'homme ne peut aboutir qu'à des à peu près.

Laissez le fruit mûrir au fond de son loisir
Et sans que le pourrisse un brusque repentir.

Le silence est le meilleur avocat des morts.

Les filles - ça pose trop de problèmes, et ça ne les résout pas.

Les souvenirs sont du vent, ils inventent les nuages.

O morts n'avez-vous pas encore appris à mourir?

On voyait le sillage et nullement la barque
Parce que le bonheur avait passé par là.

Quand on est riche, toutes les gaffes sont permises; elles sont même recommandées si l'on veut avoir le sentiment de sa puissance.

Voyageur, voyageur, accepte le retour,
Il n'est plus place en toi pour de nouveaux visages...

«Ah! songeait-il, vivre c'est être de plus en plus embarrassé.»

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante