Proverbes et citations
 
 

Gracq (Louis Poirier, dit Julien) - citations

Gracq, Julien (pseudonyme de Louis Poirier, 1910-), écrivain français. Lycéen brillant, élève de l'École normale supérieure, agrégé d'histoire et diplômé de sciences politiques, Louis Poirier préféra l'enseignement secondaire à la carrière universitaire. Mobilisé en 1939, prisonnier de guerre en Silésie, il redevint professeur à Amiens, Angers, puis à Paris, au lycée Claude-Bernard, jusqu'à sa retraite. Retourné depuis dans son village natal, il y mène une vie discrète, qui lui vaut le surnom d'"ermite de Saint-Florent". Publiée sous un pseudonyme par souci de séparer l'homme et l'écrivain, son œuvre, exigeante, commence avec Au château d'Argol (1938). Ce roman d'inspiration surréaliste met d'emblée en place l'univers gracquien à travers le primat du cadre — la Bretagne en l'occurrence — et de l'atmosphère sur l'intrigue. Le thème de l'attente et de la fascination exercée par les êtres passe au premier plan dans Un beau ténébreux (1945), récit tendu par l'angoisse d'un dénouement tragique. Dans un court pamphlet, la Littérature à l'estomac (1950), Gracq fait le procès du mercantilisme et de la mondanité qui règnent dans la "République des Lettres". Au nom de la même honnêteté intellectuelle, il refuse en 1951 le prix Goncourt pour le Rivage des Syrtes. Chronique d'une guerre annoncée, le roman a pour cadre la seigneurie fictive d'Orsenna, sorte de Venise délabrée, vieille civilisation engloutie dans sa torpeur. On retrouve l'attente de l'ennemi, lancinante, dans Un balcon en forêt (1958), dont l'action se situe en 1940 dans un blockhaus des Ardennes. Ces quatre grands récits poétiques, auxquels s'ajoutent les trois nouvelles réunies sous le titre la Presqu'île (1970), tournent le dos à la littérature d'intrigue et d'analyse pour se développer en rêveries somptueuses, riches en images, au ton altier et au vocabulaire choisi. Gracq organise aussi ses réflexions autour de l'évocation de sites familiers comme la Loire (les Eaux étroites, 1976), de villes, (Nantes dans la Forme d'une ville, 1985; Rome dans Autour des sept collines, 1988), ou d'autres lieux visités (Carnets du grand chemin, 1991). La pratique d'écriture, intimement liée aux goûts et antipathies littéraires, éclaire par ailleurs l'œuvre critique de Gracq, d'une rare acuité dans l'analyse: on lui doit une étude sur André Breton (1948), des articles et préfaces (réunis en 1961 dans Préférences), des réflexions variées comme dans Lettrines (1967-1974) et En lisant en écrivant (1981).

C'est par ses admirations surtout que le symbolisme a été grand. Il a mis presque tout son génie à choisir ses patronages.

Il y a des stylistes en gros et en détail: Balzac est un styliste en gros.

Le monde fleurit par ceux qui cèdent à la tentation.

Notre idée de l'immortalité, ce n'est guère que la permission pour quelques-uns de continuer à vieillir un peu une fois morts.

Quand il n'est pas songe, et, comme tel, parfaitement établi dans sa vérité, le roman est mensonge...

Que j'aimerais... qu'on serve les fatalités de sa nature avec intelligence: il n'y a pas d'autre génie.

Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler!

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante