Proverbes et citations

Claudel (Paul) - citations

Claudel, Paul, poète et dramaturge français (Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868 - Paris, 1955 ). À quinze ans, élève au lycée Louis-le-Grand, Paul Claudel écrit son premier texte, l'Endormie. À dix-sept ans, il entre à l'École de droit et de sciences politiques. Mais une double révélation survenue en 1886 bouleverse sa vie; cette même année, il découvre le Rimbaud des Illuminations et, alors qu'il assiste à la messe de Noël, à Notre-Dame, il a tout à coup «le sentiment déchirant de l'innocence, l'éternelle enfance de Dieu». Toute sa vie Claudel sera un catholique fervent, toujours il se sentira en affinité avec Rimbaud, qu'il appelle un «mystique à l'état sauvage» et qui lui inspire son premier drame, Tête d'or (1890 ). Il subit également l'influence de Mallarmé qu'il fréquente en 1891. Reçu premier au concours des Affaires étrangères, il est, à vingt-cinq ans, consul suppléant à New York. Il écrit l'Échange en 1894. En 1895, il est muté à Shanghai puis à Fou-Tcheou. La Chine, dont il donne une approche originale dans Connaissance de l'Est (1900 ), tient une grande place dans la vie de Claudel. Il y accomplira encore deux missions (1901 et 1906 ) après avoir été consul au Japon (1898 ). Il publie l'Otage (1911 ), le Pain dur (1914 ) et le Père humilié (1916 ). En 1909, il fonde, avec Gide, Jacques Copeau et Jacques Rivière, la Nouvelle Revue française. L'Annonce faite à Marie est créée en 1912 au Théâtre de l'Œuvre. Consul à Hambourg (1913 ), ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro (1916 ), puis à Copenhague (1920 ), ambassadeur à Tokyo (1921 -1927 ), où il écrit le Soulier de satin, puis à Washington (1927 -1933 ), il se consacre à la littérature. Il achève sa carrière diplomatique à Bruxelles (1935 ). Déjà célèbre, il est élu à l'Académie française en 1946. En 1954, il accomplit plusieurs voyages à travers l'Europe; il meurt le 23 février 1955.

- L'amour se suffit à lui-même!
- Et moi, je pense que rien ne suffit à l'amour!

... Ce n'est pas l'esprit qui est dans le corps, c'est l'esprit qui contient le corps, et qui l'enveloppe tout entier.

Arthur Rimbaud fut un mystique à l'état sauvage, une source perdue qui ressort d'un sol saturé.

Ce bois dont la croix est faite ne manquera jamais.

Ce n'est pas le cierge qui fait la flamme, c'est la flamme qui a fait le cierge.

Ce n'est point le temps qui manque, c'est nous qui lui manquons.

Celui qui aime beaucoup ne pardonne pas facilement.

Fais-leur comprendre qu'ils n'ont d'autre devoir au monde que de la joie!

Heureux qui a quelque chose à donner, car à celui qui n'a pas, on ôtera même ce qu'il a.

Heureux qui est dépouillé injustement, car il n'a plus rien à craindre de la justice.

Il est facile d'être une sainte quand la lèpre nous sert d'appoint.

Il est plus laborieux de conduire les hommes par la persuasion que par le fer.

Il faut dire son chapelet quand on ne dort pas et ne pas ajouter la nuit au jour à qui sa propre malice suffit.

Il n'y a de société vivante que celle qui est animée par l'inégalité et l'injustice.

Il ne faut pas comprendre... Il faut perdre connaissance.

Il y a des gens qui ne sont point persuasifs mais contagieux.

L'eau ainsi est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps.

L'homme connaît le monde non point par ce qu'il y dérobe mais par ce qu'il y ajoute.

L'homme humble ne s'agenouille pas, il s'asseoit.

L'ordre est le plaisir de la raison: mais le désordre est le délice de l'imagination.

La femme sera toujours le danger de tous les paradis.

Le bonheur n'est pas le but mais le moyen de la vie.

Le bonheur n'est pas un luxe; il est en nous comme nous-mêmes.

Le coeur qui d'abord résiste - comme un vase qu'on enfonce dans l'eau et qui se remplit tout à coup.

Le sceptique est un homme qui ne se doute de rien.

Les gens ne sont des héros que quand ils ne peuvent pas faire autrement.

Même pour le simple envol d'un papillon, tout le ciel est nécessaire.

Quand il existe quelque chose d'éternel, comment ferais-je pour n'en pas être éternellement le témoin?

Quand je vois le Christ en croix, les bras m'en tombent.

Quand l'homme essaie d'imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable.

Un oeil pur et un regard fixe voient toutes choses devant eux devenir transparentes.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante