Proverbes et citations

Garnier (Robert) - citations

Garnier, Robert (1544-1590), dramaturge français. Après des études de droit à Toulouse, il devint avocat au parlement de Paris en 1567, conseiller au présidial du Mans en 1569, lieutenant criminel du Maine en 1574, puis fut nommé au Grand Conseil du roi en 1586. Il acquit dans l'exercice de sa profession une éloquence qu'il sut parfaitement utiliser dans ses compositions littéraires. C'est par un recueil de vers, qui n'est pas sans rappeler les poèmes de la Pléiade, qu'il inaugura sa carrière d'écrivain; bien que les Plaintes amoureuses (1565) aient été primées aux Jeux floraux de Toulouse en 1566, il abandonna rapidement la poésie lyrique — il participa encore au Tombeau avec Ronsard après la mort de Charles IX — pour se consacrer au genre tragique, alors en plein renouveau. Suivant les jalons posés, entre autres, par Jodelle, il écrivit sept pièces inspirées de l'histoire romaine (Porcie, 1568; Cornélie, 1574; Marc Antoine, 1578) ou grecque (Hippolyte, 1573; la Troade, 1579; Antigone, 1586) et de l'Ancien Testament (les Juives, 1583, son chef-d'œuvre), qui toutes respectent les règles de composition des tragédies antiques et se ressentent fortement de l'influence de Sénèque. Son théâtre est caractérisé par des personnages souvent monolithiques, sans profondeur psychologique — et sur lesquels s'abattent tous les malheurs du monde —, mais aussi par un univers de ténèbres qui va en s'épaississant à mesure que l'intrigue progresse. Seule les Juives, étoffe les personnages et simplifie l'intrigue. On sait que Garnier se rangea un temps du côté de la Sainte Ligue, avant d'être horrifié par ses excès. Outre ses tragédies, il composa une tragi-comédie, qui mérite d'être signalée car elle fut une des premières pièces de ce genre mixte: Bradamante (1582), empruntée à l'Arioste (Roland furieux), qui est construite autour d'un duel amoureux.

Ce que je prise plus en si belle alliance,
C'est qu'il ne faudra point débourser de finance.

Dieu préfère toujours la clémence à justice.

L'on ne peut gouverner les enfants d'aujourd'hui.

La clémence est l'honneur d'un prince débonnaire.

La jeunesse ne peut commander à soi-même;
Cet âge toujours porte une fureur extrême.

Le pays est partout où l'on se trouve bien,
La terre est aux mortels une maison commune.

Mais la jeunesse ardente et prompte aux changements
Toujours mit sous le pied nos admonestements.

Moi, j'ai toujours l'amour cousu dans mes entrailles.

Nommez-vous liberté licence au populaire
De faire impunément tout ce qu'il voudra faire?

Qui meurt pour le pays vit éternellement.

Toute chose naît pour périr,
Et tout ce qui périt retourne
Pour une autre fois refleurir.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante