Proverbes et citations

Colette (Sidonie Gabrielle) - citations

Colette (1873-1954), pseudonyme de Sidonie Gabrielle Colette, romancière française dont l'œuvre apparaît comme une célébration sensuelle et passionnée de la nature et des relations humaines. Née à Saint-Sauveur-en-Puisaye, elle passa son enfance et son adolescence dans cette partie de la Bourgogne qu'elle peignit si souvent dans ses ouvrages, puis, épousa l'écrivain Henri Gauthier-Villars, dit Willy, qui l'emmena à Paris et qui l'engagea à écrire la série des Clodine (1900-1903). Bien qu'ils fussent signés du nom de plume de son époux, c'est bien à elle que l'on doit ces quatre romans, en partie autobiographiques, qui firent scandale au moment de leur parution. Divorcée en 1906, elle fut un temps actrice de music-hall, expérience qu'elle rapporta dans la Vagabonde (1910), le premier de ses ouvrages à être publié sous le pseudonyme de Colette. Remariée à Henri de Jouvenel et devenue journaliste, elle se consacra à la critique dramatique (notamment au Matin), puis fit paraître des nouvelles et des romans sous forme de feuilletons. Dans Chéri (1920), elle évoqua l'ambiguïté des relations amoureuses entre un jeune homme égoïste et une femme mure, à travers une intrigue pessimiste qui conduit inéluctablement le héros au sacrifice (la Fin de Chéri, 1926). Vinrent ensuite d'autres ouvrages qui connurent un très vif succès, tels le Blé en herbe (1923), qui dépeint l'éveil de l'amour chez une adolescente de quinze ans, la Naissance du jour (1928), sorte d'exaltation poétique de la nature, ou encore la Seconde (1929) et Gigi (1945). Colette écrivit également des livres de souvenirs. Ainsi, dans Sido (1929), elle rend un affectueux hommage à sa mère, tandis qu'elle rapporte dans Mes apprentissages (1936) la nature complexe des liens qui l'attachaient à son premier mari. Par ailleurs, dans une série de romans d'une grande sensibilité, elle opposa la courtoisie et la grâce naturelle des animaux domestiques à la vulgarité et à l'absurdité des humains (Dialogues de bêtes, 1904; Prisons et Paradis, 1932; la Chatte, 1933; Chats, 1936; Julie de Carneilhan, 1941). Décorée de la Légion d'honneur, première femme lauréate (1945) et présidente (1949) de l'Académie Goncourt, admirée par plusieurs grands auteurs (Proust, Cocteau, Julien Green), elle était au sommet de la gloire littéraire lorsqu'elle s'éteignit à Paris à l'âge de quatre-vingt-un ans.

Ces plaisirs qu'on nomme, à la légère, physiques.

Choisir, être choisi, aimer: tout de suite après viennent le souci, le péril de perdre, la crainte de semer le regret.

Connaître ce qui lui était caché, c'est la griserie, l'honneur et la perte de l'homme.

Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme.

Il est bon de traiter l'amitié comme les vins et de se méfier des mélanges.

Il est sage de verser sur le rouage de l'amitié l'huile de la politesse délicate.

Il n'y a de peine irrémédiable, sauf la mort.

Il y a deux sortes d'amour: l'amour insatisfait, qui vous rend odieux, et l'amour satisfait, qui vous rend idiot.

Il y a souvent plus d'angoisse à attendre un plaisir qu'à subir une peine.

Je vis sur le fonds de frivolité qui vient au secours des existences longues.

L'homme trop occupé des femmes reçoit d'elles, un jour, sa punition.

La bonne foi n'est pas une fleur spontanée, la modestie non plus.

La femme est capable de tous les exercices de l'homme sauf de faire pipi debout contre un mur.

La quiétude... C'est le bien de ceux qui ont à jamais choisi une part de leur destin, et rejeté l'autre.

Le difficile, ce n'est pas de donner, c'est de ne pas tout donner

Le vice, c'est le mal qu'on fait sans plaisir.

Le voyage n'est nécessaire qu'aux imaginations courtes.

Les femmes libres ne sont pas des femmes.

On connaît des comédiens aigris, il n'en est guère de désillusionnés.

On croit toujours que c'est plus facile de réussir dans ce qu'on n'a pas appris que dans ce qu'on a appris, c'est naturel.

On n'écrit pas un roman d'amour pendant qu'on fait l'amour.

On ne fait bien que ce qu'on aime.

Qu'il s'agisse d'une bête ou d'un enfant, convaincre c'est affaiblir.

Quand je n'aurais appris qu'à m'étonner, je me trouverais bien payée de vieillir.

Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout.

Quand une femme connaît la préférence d'un homme, cigare compris, quand un homme sait ce qui plaît à une femme, ils sont bien armés l'un contre l'autre.

Que le mal nous façonne, il faut bien l'accepter. Mieux est de façonner le mal à notre usage, et même à notre commodité.

Sois fidèle à ton impression première.

Un moment présent, même terrible, n'est pas toujours vainqueur du passé délicieux.

Une chose qu'on connaît bien pour l'avoir possédée, on n'en est jamais tout à fait privé.

Une femme qui reste une femme, c'est un être complet.

Une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l'homme. Une femme intelligente y renonce.

Une femme se réclame d'autant de pays natals qu'elle a eu d'amours heureux.

Page précédente | Retour au sommaire des citations par auteurs | Page suivante